Madagascar voit une lueur d’espoir à travers l’élimination de la défécation à l’air libre

Date: 2nd May 2013

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 8 [name] => Global Sanitation Fund [slug] => globalsanitationfund [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 8 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 145 [filter] => raw [term_order] => 3 [cat_ID] => 8 [category_count] => 145 [category_description] => [cat_name] => Global Sanitation Fund [category_nicename] => globalsanitationfund [category_parent] => 0 ) [1] => WP_Term Object ( [term_id] => 147 [name] => Press Releases [slug] => press-releases [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 147 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 29 [filter] => raw [term_order] => 4 [cat_ID] => 147 [category_count] => 29 [category_description] => [cat_name] => Press Releases [category_nicename] => press-releases [category_parent] => 0 ) )

Les statistiques sont effrayantes: 53% des 20,7 millions d’habitants à Madagascar pratiquent la défécation à l’air libre chaque jour si 33% utilisent des toilettes délabrées et plutôt dangereuses. Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est parmi les plus élevés dans le monde, à 72 pour 1000 naissances vivantes, un cinquième de ces décès est causé par la diarrhée qui engendre une inquiétude permanente pour les familles et un faible système de service de santé et les moyens maigres constitués d’un revenu annuel d’US $ 488 par individu. Pour Madagascar, la défécation à l’air libre engendre une perte estimée à plus de 48 Millions d’Euro par an.

Malgré cela, Mr. Chris Williams, Directeur Exécutif de WSSCC  (Conseil de Concertation pour l’Approvisionnement en Eau et l’Assainissement) a dit qu’il y a un grand espoir dans le pays où le Global Sanitation Fund a déjà aidé 250,000 Malgaches ainsi que 2,000 villages à sortir de l’ignominie de la défécation à l’air libre. D’ici la fin de 2015, WSSCC vise à aider 3,5 millions de gens à vivre dans des communautés Sans Défécation à l’Air Libre (SDAL).

“Il y a  une grosse œuvre qui est en train de s’accomplir à grand élan pour une meilleure hygiène et un meilleur assainissement à Madagascar,” a dit Mr. Williams. Ce constat est aussi de l’avis de Mr Adrien Ladislas Rakotondrazaka, Directeur General du Ministère de l’Eau.  “Nous contribuons à l’effort par le biais de Global Sanitation Fund, dont le Programme à Madagascar est le Fonds d’Appui pour l’Assainissement, qui soutient le changement de comportement – la clé du vrai progrès, et non des subventions pour la construction de latrines.

Grâce au succès constaté jusqu’à présent, Mr. Williams a dit que WSSCC pense doubler son premier investissement d’US $  5 million pour les œuvres du Global Sanitation Fund à Madagascar. Les acquis et les succès à Madagascar constituent de modèle et peuvent être partagés et répliqués dans d’autres Pays.

Alors que WSSCC aide Madagascar à réussir à mettre à l’échelle l’hygiène et l’assainissement dans les 14 Régions où GSF soutient des agences de mise en œuvre  (AMO) pour le changement de comportement, Mr Herivelo Rakotondrainibe, Coordinateur National de la Coalition WASH a dit que l’amélioration de la coordination sectorielle est plus importante que jamais afin d’atteindre le but d’une hygiène et assainissement pour tous.

“Il y a un partenariat naissant mais qui est de plus en plus dynamique par rapport à l’hygiène et l’assainissement par le gouvernement et la société civile qui porte un grand fruit pour la santé, l’économie, l’environnement et le bien-être social du pays,”. “WSSCC avec le Gouvernement et les partenaires s’engagent à ce partenariat.”

Pour établir davantage de partenariat et une coordination sectorielle, Mr Williams, avec Mr Herivelo Rakotondrainibe et les représentants des différentes entités du Programme GSF à Madagascar ont rencontré des personnes-clés du gouvernement entre autres le ministre de l’eau ainsi que celui des Finances et du Budget. Il a aussi sollicité des représentants des agences de développement telles que l’UNICEF, le PNUD, l’USAID, la Banque Mondiale, la Banque Africaine pour le Développement, WaterAid ainsi que les Hauts Responsables du Ministère de l’Eau à tracer une voie pour davantage de coordination sectorielle.

Mr. Williams a aussi parlé de l’unique rôle que Diorano-WASH a joué qui a provoqué un grand enthousiasme pour l’hygiène et l’assainissement. “WSSCC a une histoire de dix ans avec Madagascar par son affiliation avec Diorano – WASH, qui a commencé bien avant le Global Sanitation Fund,” a dit Mr. Williams. “Diorano-WASH est un mécanisme à différentes parties prenantes qui suscite de l’inspiration  dans la promotion d’un environnement favorable pour le progrès de l’hygiène et de l’assainissement.”

Pendant la semaine, Mr. Williams, les responsables gouvernementaux ainsi que les partenaires sectoriels ont visité plusieurs zones d’intervention du GSF qui sont devenues SDAL grâce au travail du GSF. Les résultats actuels sont encourageants grâce à l’implication des autorités régionales, locales, à la contribution des Coalitions Régionales Diorano WASH et à la prise de responsabilité des communautés locales.

Related News

Through peer-to-peer learning, the Global Sanitation Fund is harnessing the immense amount of knowledge.

WSSCC welcomes Rolf Luyendijk, a Dutch national with extensive UNICEF experience, who will start 1 March 2018

GSF workshops support programmes to monitor progress towards and beyond Open Defecation Free status.

10 principles for ensuring that disadvantaged people benefit effectively from sanitation programmes and processes