Le WSSCC a organisé un chat #LetsTalkPeriod sur Twitter pour célébrer l’édition 2018 de la Journée de l’hygiène menstruelle

Date: 16th June 2018

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 546 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 546 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

Le 28 mai 2018, la Journée de l’hygiène menstruelle a été célébrée dans le monde entier afin de sensibiliser les populations à cette question, de rompre le silence qui entoure la gestion de l’hygiène menstruelle, de briser les tabous et de mettre fin aux mythes et à la stigmatisation qui privent les filles de leur pouvoir d’agir.

Pour commémorer cette journée, le WSSCC a préparé un kit médias sociaux et encouragé ses membres à l’utiliser pour organiser des évènements virtuels ou réels sur la Journée de l’hygiène menstruelle dans leur pays. Ils ont été nombreux à le faire, et un rapport final sur les activités nationales est en cours de préparation et sera publié dans les semaines à venir.

Comme activité mondiale clé, le WSSCC a organisé un séminaire en ligne sous forme de « chat » sur Twitter ; il a réuni des spécialistes de la question provenant de divers secteurs pour discuter des principaux enjeux liés à l’hygiène menstruelle. Parmi les intervenants figuraient : Inga Winkler, chargée de cours sur les droits de l’homme à l’université de Columbia ; Virginia Kamowa, experte technique en gestion de l’hygiène menstruelle au Secrétariat du WSSCC ; Ana M. Gren, spécialiste des politiques sur les ressources hydriques et l’assainissement à l’Agence suédoise pour le développement international ; Kamini Prakash, WSSCC Inde ; Thorsten Kiefer et Ina Jurga de WASH United.

Les discussions ont attiré un grand nombre de personnes, qui ont utilisé et suivi le hashtag #LetsTalkPeriod ; il y a eu 339 tweets avant, pendant et après la discussion (de 6 h le 28 mai à 11 h le 29 mai). La portée moyenne des « influenceurs » participant était de 4 215 personnes, si bien que la discussion a touché un large public grâce à l’implication d’organisations et de personnalités influentes.

Plusieurs sujets ont été abordés au cours de ce « chat », notamment la gestion de l’hygiène menstruelle dans le secteur WASH (EAH), les tabous et les mythes, le rôle des hommes et des garçons, les approches et outils innovants, la collaboration avec les gouvernements et les décideurs, ainsi que la question de savoir si la fourniture de protections périodiques répond à tous les aspects du problème. À la fin de cet article, vous trouverez une série de photos de tweets donnant un aperçu de certaines des réponses apportées par les intervenants aux questions posées par le WSSCC, ainsi que de quelques-uns des commentaires formulés par d’autres participants.

Le thème général de l’édition 2018 de la Journée de l’hygiène menstruelle — l’autonomisation — est revenu tout au long des discussions ; en effet, aussi bien les intervenants que le public ont fait le lien entre les différents enjeux abordés et l’impact négatif qu’ils ont sur l’autonomisation des femmes et des filles. Par exemple, l’autonomisation des femmes et des filles malvoyantes et malentendantes en créant des outils de GHM qu’elles peuvent utiliser, la prise en compte de la dignité des femmes menstruées au-delà du secteur WASH (EAH), la façon dont les tabous et les mythes stigmatisent la menstruation et excluent les filles de la société, et l’implication des garçons et des hommes afin de créer un environnement favorable, qui donne aux femmes et aux filles les moyens de gérer leurs règles. Il faut diffuser ce type de message auprès d’un vaste public pour sensibiliser les populations à une approche holistique de l’hygiène menstruelle ; c’est indispensable non seulement pour que les femmes et les filles aient accès aux produits et aux installations sanitaires, mais aussi pour qu’elles ressentent fierté et dignité au sujet de leurs règles au lieu d’en avoir honte et peur.

Le WSSCC souhaite exprimer sa reconnaissance à toutes celles et ceux qui ont participé à cette discussion et qui l’ont suivie, et les encourage à tirer des leçons des arguments avancés et à les partager autour d’eux afin de promouvoir la question de l’hygiène menstruelle. Nous tenons à remercier tout particulièrement nos intervenants pour la richesse, la pertinence et la diversité de leurs contributions, et à féliciter tous les défenseurs de l’hygiène menstruelle dans le monde entier qui ont commémoré la Journée de l’hygiène menstruelle en organisant un large éventail d’activités.

Related News

School children in Geneva reflect on the global sanitation crisis By Francesca Nava   GENEVA – Most children at an international school in Geneva would have never thought twice about going outside to relieve themselves, let alone the lack of toilets across the world. That was until 19 November (World Toilet Day) when more than […]

Experts in Nepal bring the agenda of leaving no one behind front and center on World Toilet Day By Renu Kshetry KATHMANDU, Nepal – Celebrating this year’s World Toilet Day, sanitation experts gathered in the Nepali capital of Kathmandu to renew their commitment to availability, accessibility, and affordability of WASH services across the country. In […]

Stakeholders call for a change at the national level to realize the ambition of achieving SDG 6.2 by 2025 By Alain Tossounon LADJI, Benin – In Benin, basic sanitation and hygiene are still a luxury for many people living in both rural and urban areas where open defecation is commonplace. The consequences of this practice […]

The Global Toilet Revolution  By Machrine Birungi GENEVA – Cutting-edge digital tools such as data sensors and robots are the center of a debate on how to improve the way we deal with significant sanitation challenges such as fecal waste management. Inadequate sanitation, according to the World Health Organization, is responsible for 432,000 diarrheal deaths […]