Le WSSCC et ONU Femmes tiennent une conférence régionale sur la réduction des inégalités entre les sexes dans le secteur WASH (EAH)

Date: 25th June 2018

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 520 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 520 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

ONU Femmes et le Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC) tiennent une conférence régionale sur la réduction des inégalités entre les sexes dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH/EAH) 

Les 18 et 19 juin, Dakar a accueilli la conférence régionale sur la réduction des inégalités entre les sexes dans le secteur WASH (EAH). Au cours de ces deux journées, des représentants des ministères sectoriels, d’agences des Nations Unies et d’organisations de la société civile, ainsi que des élus, des universitaires, des chercheurs et des partenaires techniques et financiers venant de vingt pays d’Afrique centrale et de l’Ouest ont examiné les progrès accomplis dans la façon dont le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène répond aux besoins spécifiques des femmes et des filles, en s’intéressant tout particulièrement à la gestion de l’hygiène menstruelle (GHM).

Organisée dans le cadre du programme commun du WSSCC et d’ONU Femmes sur le genre, l’hygiène et l’assainissement, la conférence régionale a été l’occasion de partager les conclusions de l’évaluation finale du programme, les innovations réalisées ces dernières années, ainsi que les résultats des travaux de recherche sur la question de l’hygiène menstruelle, un sujet qui est longtemps resté tabou et passé sous silence dans les politiques publiques.

La conférence régionale a permis aux spécialistes et aux acteurs du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène d’aborder les questions prioritaires comme le niveau de connaissance de la population sur la gestion de l’hygiène menstruelle, son intégration dans les programmes scolaires, les approches communautaires visant à promouvoir l’accès des femmes et des filles aux services WASH (EAH), la GHM dans les situations humanitaires, la responsabilité de l’État et le suivi des indicateurs WASH (EAH), les initiatives locales innovantes et l’impact du programme sur ses bénéficiaires.

Il convient de noter que le programme sur le genre, l’hygiène et l’assainissement a été mis en œuvre dans trois pays pilotes, le Cameroun, le Niger et le Sénégal, pour un coût de 2 650 850 dollars américains. Après quatre années de mise en œuvre, 620 professionnels (dont des fonctionnaires ministériels) ont été formés à la gestion de l’hygiène menstruelle et ont à leur tour formé et sensibilisé au moins 26 000 femmes et filles à la menstruation ; 25 politiques nationales ont été révisées pour y inclure la GHM dans les pays d’intervention et 13 études de recherche ont été réalisées sur cette question.

Dans son allocution prononcée à la cérémonie d’ouverture de la conférence régionale, M. Rolf Luyendijk, directeur exécutif du WSSCC, a déclaré qu’il était possible de changer la vie des femmes et des filles, surtout au moment de leurs premières règles, afin qu’elles ne manquent pas l’école quand elles sont jeunes ou qu’elles ne s’absentent pas du travail quand elles sont plus âgées, et afin que la société reconnaisse qu’elles ont besoin d’intimité et d’endroits convenables et sûrs pour changer leurs protections périodiques. Mme Oulimata Sarr, directrice régionale adjointe d’ONU Femmes, a fait valoir que les Objectifs de développement durable (ODD), et en particulier l’ODD 5, étaient une occasion à saisir pour réduire les inégalités entre les sexes dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, pour faire vraiment progresser l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes, ainsi que pour garantir le respect des engagements résolus pris par les États membres.

À la fin de la réunion, les participants ont fait une annonce publique des résultats de la conférence régionale sur la réduction des inégalités entre les sexes dans le secteur WASH (EAH). Ils ont également fait des recommandations visant à renforcer l’expansion du programme pilote, dont les résultats méritent d’être consolidés et étendus à d’autres pays.

 

Photo Gallery

Related News

Lors de la première journée du 42e Conseil des droits de l’homme à Genève, le représentant du WSSCC a fait la déclaration suivante (cliquer ici pour visionner la conférence) : Monsieur le président, Excellences, Distingués délégués, Mesdames et messieurs, Le WSSCC se félicite du rapport du Rapporteur spécial sur les droits à l’eau potable et à l’assainissement […]

Par Charles Dickson Le WSSCC a nommé Mme Jeiyol au poste de Coordinatrice nationale pour le Nigeria. Elle représentera à ce titre le Conseil et coordonnera ses engagements et interventions stratégiques avec un large éventail de partenaires présents dans le pays. Mme Jeiyol est directrice exécutive de la Gender and Environmental Risk Reduction Initiative (Initiative pour le […]

Par Joséa Ratsirarson Dans un village, pour éliminer la défécation à l’air libre, chacun doit apporter sa contribution. C’est ce dont est convaincue une agence d’exécution de Madagascar soutenue par le WSSCC chargée de mettre en place le programme d’élimination de la défécation à l’air libre dans le pays. Le Fonds d’Appui pour l’Assainissement (FAA), […]

Par Patrick Alubbe Parmi toutes les rencontres auxquelles j’ai eu la chance de participer, celle de l’édition 2019 de la Semaine mondiale de l’eau à Stockholm (SWWW) a été unique. J’y ai côtoyé des milliers de participants venus des quatre coins de la planète. Les mots « inclusion, responsabilité envers les citoyens, transparence dans l’utilisation des ressources, […]