Réduction des inégalités de genre dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, les acteurs de l’Afrique de l’ouest et du Central se concertent sur les meilleures approches et stratégies

Date: 25th June 2018

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 470 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 470 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

ONU Femmes et le Conseil de Concertation pour l’Approvisionnement en Eau et l’Assainissement (WSSCC) ont organisé une conférence régionale sur la réduction des inégalités de genre dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement (WASH)

Dakar a abrité les 18 et 19 juin la conférence régionale sur la réduction des inégalités de genre dans le secteur WASH. Pendant deux jours, représentants des ministères sectoriels et des agences du système des Nations-Unies, des élus, universitaires, chercheurs, et des représentants des organisations de la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers, venus de vingt pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, ont procédé à un état des lieux sur les avancées en matière de prise en compte des besoins spécifiques des femmes et des filles dans le secteur Eau, Hygiène et Assainissement avec un accent particulier sur la gestion de l’hygiène menstruelle (GHM).

Organisée dans le cadre du programme conjoint Genre Hygiène et Assainissement du WSSCC et de ONU Femmes, la conférence régionale a permis de partager les conclusions de l’évaluation finale du programme, des innovations réalisées au cours des dernières années, et enfin des résultats de travaux de recherche sur la question de l’hygiène menstruelle, un sujet restée longtemps tabou et tacite dans les politiques publiques.

La conférence régionale a été l’occasion pour les experts et acteurs du secteur de l’eau, hygiène et assainissement  d’échanger sur des questions prioritaires ; notamment le niveau des connaissances des populations sur la Gestion de l’hygiène menstruelle (GHM), son l’intégration dans les curricula de formation, les approches communautaires en faveur de l’accès des femmes et filles aux services WASH, la GHM en situation humanitaire, la redevabilité des états et le suivi des indicateurs WASH, les initiatives locales novatrices, et l’impact du programme sur les bénéficiaires.

Il est important de noter que le programme Genre Hygiène et Assainissement est intervenu dans trois pays pilotes que sont le Cameroun, le Niger et le Sénégal pour un financement de 2 650 850 USD. Ainsi, après quatre années de mise en œuvre, 620 professionnels (y compris les officiers des ministères) ont été capacités sur la gestion de l’hygiène menstruelle, ils ont à leur tour informé et sensibilisé au moins 26,000 femmes et filles sur la gestion des menstrues, 25 politiques nationales ont été révisées pour intégrer la GHM dans les pays d’intervention et 13 études de recherche sur la thématique, réalisées.

Intervenant lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence régionale, Monsieur Rolf Luyendijk, Directeur Exécutif du WSSCC déclare qu’il est possible de changer la vie des femmes et des filles, notamment au moment de leurs premières règles, afin qu’elles ne ratent pas l’école lorsqu’elles sont jeunes, et le travail une fois plus âgées ; et que la société reconnaisse leurs besoin d’intimité et d’espace sûr et adapté pour changer leur matériel hygiénique. Pour la Directrice Régionale adjointe d’ONU Femmes, Mme Oulimata SARR, les objectifs de développement durables (ODD), notamment l’ODD 5 représentent une opportunité à saisir, afin de réduire les inégalités de genre dans le secteur Eau, Hygiène et Assainissement et d’accomplir de progrès réels en faveur de l’autonomisation des femmes et de l’égalité des sexes et d’assurer que les engagements forts pris par les États membres seront honorés.

A l’issue de la rencontre, les participants ont magnifié les résultats de la conférence régionale, à travers les conclusions de la conference regionale sur la réduction des inégalités de genre dans le secteur Wash et ont formulé des recommandations allant dans le sens de renforcer la mise à l’échelle du programme expérimental dont les acquis méritent d’être consolidés et élargis à d’autres pays.

Galerie photo

Related News

The International Initiative for Impact Evaluation (3ie), a WSSCC partner, has updated the Evidence Gap Map (EGM) that provides an analysis of 41 systematic reviews and 317 impact evaluation studies in low- and middle-income countries (L&MICs). The analysis is based on the impact of WASH promotional approaches on behaviour change, health and socio-economic outcomes in […]

Click here for information in Arabic, French, Chinese, Portuguese, Russian and Spanish. India has taken massive strides towards achieving universal safe sanitation. The number of people without access to toilets in rural India has gone down from 550 million in 2014 to less than 150 million today, through an intensive behaviour change campaign, the Swachh Bharat […]

Dans les décennies à venir, il y a fort à penser que les plus grands problèmes de ce monde persisteront, tout comme des millions de personnes continueront de se sentir laissées pour compte face aux forces de la mondialisation. Seul un changement rapide et radical pourrait déjouer cette prédiction. Il appartient donc aux États, aux […]

One safe prediction for our world in the next future is that the biggest global problems will not disappear, and millions of people will keep feeling left behind by the forces of globalization unless we take immediate radical action. Governments, civil society organizations, development partners and businesses must increase their joint efforts to achieve the […]