Une chanson vient inspirer la gestion de l’hygiène menstruelle au Kenya

Date: 15th November 2019

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 590 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 590 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

« Je n’existerais pas sans la menstruation » – un chanteur local

Par: Kevin Mwanza

Kamba Nane – Un musicien local interprétant sa chanson dans le comté de Kiisi

KIISI, au Kenya – Une chanson en l’honneur de la menstruation rompt le mur du silence autour de la menstruation au Kenya, où un grand nombre de filles continuent de manquer l’école lorsqu’elles ont leurs règles, des milliers d’autres n’ont pas les moyens financiers de s’acheter des produits sanitaires, et un pourcentage élevé de filles ne disposent pas d’informations adéquates sur leurs propres caractéristiques biologiques.

« Aujourd’hui, nous exposons au grand jour ce qui était un secret. Je n’existerais pas sans la menstruation », déclare Kamba Nane, l’un des musiciens locaux du pays, dans sa chanson qui inspire l’action dans le cadre de la gestion de l’hygiène menstruelle.

La chanson, interprétée lors de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle de 2019 dans le comté kenyan de Kiisi, a amené des représentants du Programme d’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène au Kenya (K-SHIP), le Coordinateur national du WSSCC au Kenya, et ceux d’AMREF Health Africa à exécuter une danse harmonieuse.

L’artiste a joué de l’instrument Obokano, donnant le ton pour les principaux intervenants et les appels à l’action des décideurs, des législateurs et des membres de la communauté, dont la plupart ont compris qu’il était urgent de promouvoir une santé et une hygiène menstruelles de qualité pour toutes les femmes et les filles dans les écoles.

Selon une étude de la Banque mondiale, les tabous liés à la menstruation, exacerbés par une culture du silence généralisée autour du sujet dans de nombreuses sociétés du monde entier, entravent la capacité des femmes et des filles à participer pleinement et équitablement à la société, ce qui limite leur statut social dans son ensemble et leur estime de soi.

De plus en plus d’éléments factuels indiquent que l’incapacité des filles à contrôler leur hygiène menstruelle dans les écoles contribue à l’absentéisme scolaire, ce qui a pour conséquence l’imposition effective de coûts économiques élevés dans leur vie et pour leur pays, selon le rapport 2018 de la Banque mondiale.

Le directeur sanitaire du comté de Gishu, le Dr Reuben Korir, a souligné qu’il était capital de promouvoir un dialogue ouvert sur la menstruation, et il a constaté que « l’encouragement des filles à émettre des objections logiques face aux traditions et mythes ancestraux » était essentiel. Il a fait valoir la nécessité de renforcer la participation des garçons et des hommes aux dialogues sur la santé et l’hygiène menstruelles.

« Les jeunes hommes et les garçons doivent être sensibilisés afin d’être encouragés, dans leur vie, à offrir une aide socio-culturelle aux filles », a expliqué le Dr Korrir.

Des jeunes filles présentent les serviettes hygiéniques distribuées par le biais d’un programme d’assainissement total piloté par la communauté (ATPC)

Une émission radiophonique a été organisée dans le comté de Narouk pour sensibiliser le public à la santé et l’hygiène menstruelles. Secondé par un représentant du ministère de l’Éducation, Daniel Sironka, un fonctionnaire chargé de la nutrition dans le comté a appelé à une amélioration de la disponibilité et de l’accessibilité des serviettes hygiéniques.

Teresia Kagendo, l’une des formatrices sur l’hygiène menstruelle, est apparue sur une chaîne de télévision locale dans le comté d’Embu, déclarant que la sécurité, l’hygiène et la dignité menstruelles doivent être préservées.

Le point d’orgue des célébrations en l’honneur de l’hygiène menstruelle au Kenya a été la distribution de produits médicaux et de serviettes hygiéniques. Dans l’école primaire de Noonkopir du comté de Kajiado, l’Association des Premières dames du comté (County First Ladies Association – CFLA) a lancé et promu une première « trousse d’hygiène » destinée aux femmes.

Les Premières dames du comté posent pour une photo après avoir distribué des trousses d’hygiène aux filles de l’école

Dans le cadre de la campagne, les garçons ont eux aussi reçu leurs propres trousses d’hygiène, contenant des boxers et du savon, pour les aider à améliorer leur hygiène et, dans le comté de Migori, les organisateurs ont donné à la Première dame du comté la possibilité de s’adresser aux malentendants de l’école de Kuja.

La Journée mondiale de l’hygiène menstruelle est une journée de sensibilisation marquée le 28 mai de chaque année, dont l’objectif est de contribuer à rompre le silence et à sensibiliser le public sur le rôle fondamental que joue la gestion de l’hygiène menstruelle pour aider les femmes et les filles à réaliser leur plein potentiel.

Partout au Kenya, des politiciens, des activistes de la société civile et des militants dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) intensifient leurs efforts en vue d’informer le public sur les raisons pour lesquelles il est important de promouvoir la gestion des déchets de produits d’hygiène menstruelle, notamment dans les écoles, où les enseignants ont la possibilité de préparer les filles à leur première menstruation.

 

 

 

Related News

By WSSCC In the wake of the Coronavirus disease, COVID-19, we are working to protect each other and our communities. Key to keeping healthy is having access to basic sanitation and hygiene. Yet globally, 2 billion people live without access to basic sanitation, 3 billion lack basic handwashing facilities at home (WHO). People in least […]

By Olajide Adelana ABUJA, Nigeria – Poor access to clean water in rural communities has far-reaching consequences for livelihoods and health – particularly for women. These consequences are being keenly felt in a slum community called Duste Makaranta in Abuja, Nigeria. Despite its proximity to Usuma Dam (a public water supply facility), years of water […]

By Dr Elizabeth Wamera Most sanitation programmes, in their mission to change (un)hygienic behaviour, only in some cases attempt to shift gender roles and power dynamics between men and women at the household and community levels. As such, sanitation processes may inadvertently reinforce gender stereotypes relating to women’s socially prescribed care roles and intrinsic motivation […]

Par Alain Tossounon DJOUGOU, Bénin – Dans le cadre de la mission de renforcement des capacités des acteurs du programme soutenu par le Fonds Mondial pour l’assainissement du WSSCC au Bénin, une séance de déclenchement institutionnel s’est tenue avec le Maire de la commune de Djougou entouré de ses adjoints et de son Responsable du […]