Entretien avec l’Ambassadeur d’Allemagne auprès des Nations Unies à Genève  

Date: 8th March 2020

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 593 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 593 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

Par Francesca Nava

GENÈVE – Pour le deuxième épisode de la série « Amis des droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement », nous avons rencontré son Excellence Michael Freiherr von Ungern-Sternberg, Ambassadeur et Représentant permanent de l’Allemagne auprès des Nations Unies.

Alors que 2020 marque le dixième anniversaire de la reconnaissance universelle des droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement, l’Ambassadeur Freiherr von Ungern-Sternberg, qui en est un ardent défenseur, nous a fait part de ses perspectives.

WSSCC : Nous nous rencontrons aujourd’hui pour parler des droits fondamentaux en lien avec l’eau et l’assainissement. Parmi tous les droits humains, pourquoi ceux-ci comptent-ils particulièrement pour vous ?

Michael Freiherr von Ungern-Sternberg, Ambassadeur d’Allemagne auprès des Nations Unies à Genève: Sans eau, la vie n’existe pas. Pourtant, nous abusons des ressources hydriques. Pendant très longtemps, les droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement ont été négligés car les gens ne réalisaient pas qu’un tel problème pouvait survenir. Aujourd’hui, ces droits continuent de recevoir trop peu d’attention, alors que nous avons conscience de l’épuisement des ressources en eau.

Il est primordial de mener des actions de sensibilisation sur ces droits fondamentaux essentiels qui touchent tous les aspects de nos vies. C’est pourquoi nous déployons d’importants efforts pour mettre en lumière ces deux droits humains.

WSSCC : Comment l’Allemagne a-t-elle appuyé la promotion des droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement au cours de la dernière décennie ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: Aux côtés de l’Espagne, l’Allemagne a déposé des résolutions auprès du Conseil des droits de l’homme à Genève et de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Ces résolutions ont représenté une excellente occasion de mettre en exergue les droits des filles et des femmes ainsi que le rapport entre l’eau et l’assainissement et le changement climatique. Globalement, nous observons des résultats positifs à ce travail. Il nous semble que l’importance des droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement est désormais mieux comprise. 

WSSCC : En matière d’assainissement, quel groupe reste à l’écart des progrès accomplis à l’échelle mondiale ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: À mon sens, l’eau et l’assainissement sont des questions universelles, mais nous devons reconnaître que certains groupes sont plus vulnérables. Par exemple, c’est le cas des filles et des femmes, des jeunes et des populations de certaines parties du monde. Cela étant, il serait inapproprié d’isoler un groupe, car je pense que le même principe s’applique à tous : personne ne devrait être laissé de côté.

WSSCC : Quand on parle du secteur WASH, on se concentre surtout sur l’eau, en négligeant souvent l’assainissement et l’hygiène. En quoi l’assainissement et l’hygiène peuvent-ils amorcer le changement nécessaire pour réaliser les objectifs de développement durable d’ici dix ans ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: À ce sujet, je me permets d’attirer votre attention sur la situation des filles et des femmes. La question de l’hygiène concerne tout le monde, mais plus particulièrement les droits des femmes. Il est essentiel que celles-ci puissent jouer pleinement leur rôle dans la société. Or, le manque d’assainissement et d’hygiène cause des inégalités sociales, mais aussi des problèmes qui touchent la santé des femmes et leur place sur le marché du travail. C’est pour cette raison que nous devons travailler sur ces questions.

WSSCC : Jusqu’à récemment, l’Allemagne appliquait l’un des taux les plus élevés en matière de taxation des produits d’hygiène féminine parmi les pays de l’Union européenne. À l’issue d’un vote important au Parlement en novembre dernier, le montant de la taxe sur les produits d’hygiène est passé au 1er janvier 2020 de 19 %, soit le taux applicable aux produits de luxe, à 7 %, soit le taux applicable aux produits de première nécessité. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce changement ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: L’hygiène est un besoin quotidien. En Allemagne, le taux de 19 % ne s’applique pas qu’aux produits de luxe. C’est en fait le taux de taxation normal. Son abaissement est donc un droit, et une conséquence de notre prise de conscience du fait que les besoins des femmes et des filles doivent être vus comme un droit fondamental et traités comme tel. Le gouvernement a sensibilisé les grands fabricants pour s’assurer que les prix reflètent réellement l’abaissement de la taxe.

WSSCC : Comment l’Allemagne a-t-elle collaboré avec M. Heller tout au long de son mandat de six ans ? Si je vous demandais de retenir une seule activité, quelle serait-elle ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: M. Heller a été un Rapporteur spécial très actif et l’Allemagne a soutenu ses activités politiquement et financièrement. Nous considérons que son travail a mis en lumière de nombreuses problématiques liées à l’eau et à l’assainissement. Si je devais citer une activité en particulier, je parlerais de la sensibilisation effectuée auprès de la jeune génération. Les questions d’eau et d’assainissement sont très importantes pour les jeunes, car leur avenir en dépend.

WSSCC : Pour conclure cet entretien, tournons-nous vers l’avenir. Au cours de la prochaine décennie, quel rôle pourrait jouer le Rapporteur spécial pour promouvoir et protéger davantage les droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement ? Et quel rôle les entités étatiques et non étatiques pourraient-elles jouer ?

Freiherr von Ungern-Sternberg: Les Rapporteurs spéciaux travaillent de façon indépendante. Ils sont obligés de poser des questions difficiles aux gouvernements, mais aussi à d’autres acteurs tels que des entités non étatiques ou non gouvernementales. Nous espérons donc que le successeur de Leo Heller saura remplir ce rôle et soulever des questions difficiles sur la société, mais aussi sur les systèmes de santé. Son rôle consistera à identifier les possibilités d’amélioration et à nous mettre sur la bonne voie.

 

 

Related News

By Raza Naqvi, DELHI, India – A robot called Pepe will soon encourage schoolchildren to wash their hands. The robot will help kids adopt better practices by talking about hygiene and sanitation and developers say they will be useful especially when pandemics like COVID-19 requires confinement and social distancing. Video courtesy: Ammachi Labs According to […]

GENEVA – Ms Hind Khatib-Othman, Executive Chair of the Water Supply and Sanitation Collaborative Council, is calling upon world leaders to commit to the establishment of a new global Fund to develop and implement the community-based sanitation and hygiene solutions, and prevent future pandemics. Transcript – Calling for a global fund dedicated to sanitation and […]

GENEVA – The Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC) is in full support of the action plan launched by the UN Secretary-General on Tuesday to address the socio-economic impacts of the COVID-19 crisis. In a new report, Shared responsibility, global solidarity: Responding to the socio-economic impacts of COVID-19, Mr Antonio Guterres, Secretary-General of the […]

GENEVA – In the wake of the Coronavirus disease, COVID-19, we are working to protect each other and our communities. Key to keeping healthy is having access to basic sanitation and hygiene. Yet globally, 2 billion people live without access to basic sanitation, 3 billion lack basic handwashing facilities at home (WHO). People in least […]