Le partage d’informations entre pairs pour une campagne d’assainissement plus efficace au Cambodge

Date: 8th March 2020

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 593 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 593 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

de Renu Kshetry

KATMANDOU, Népal — Cinq jours durant, 18 délégués venus du Cambodge ont étudié les stratégies mises en œuvre par le Népal pour libérer le pays de la défécation à l’air libre (campagne FDAL). Ils en ont tiré un certain nombre de meilleures pratiques qu’ils envisagent de suivre dans leur propre pays.

Cet échange de connaissances entre pairs s’est déroulé fin janvier dernier à Katmandou. À cette occasion, les responsables politiques et les fonctionnaires cambodgiens de tous les niveaux de gouvernement ont pu comprendre comment le Népal s’est mobilisé et a su coordonner sa campagne nationale d’assainissement.

L’effort mené par le gouvernement népalais a permis d’étendre la couverture sanitaire à l’ensemble du pays. Au 21 septembre 2019, tous les 77 districts du pays avaient été certifiés et déclarés être dans la situation appelée « fin de la défécation à l’air libre ». Même dans la région difficile des plaines du sud du Teraï, confrontée à la pauvreté, à la privation de terres et à des normes culturelles qui compliquent les changements comportementaux, un tournant décisif vers la fin de la défécation à l’air libre s’est produit grâce à l’évolution de la couverture sanitaire, passée de 13 pour cent en 2013 à 99,5 pour cent à la mi-2019.

Chhoeurn Chhorn du ministère du Développement rural demande à un membre de la communauté si des aides existent pour promouvoir la campagne d’assainissement dans la communauté Bhulke du district de Siraha. ©WSSCC/Renu Kshetry

Sachant que les défis à relever pour aller à la rencontre des plus pauvres sont similaires à la situation népalaise, la délégation cambodgienne s’est rendue dans la région du Teraï pour découvrir comment les leaders locaux se sont organisés en coalitions pour mettre en place des mécanismes financiers locaux et lancer des initiatives de changement comportemental à l’échelle de la communauté.

« Étant donné que nous avons également des problèmes de pauvreté, la visite des communautés du Teraï, les plus difficiles à inclure dans la couverture sanitaire, et une meilleure compréhension des stratégies mises en œuvre vont nous permettre de préparer un plan à partir de nos expériences et de le diffuser auprès des représentants des 25 provinces », explique le chef de la délégation cambodgienne, son Excellence Meng Try, secrétaire d’État au ministère cambodgien du Développement rural.

Dans les zones rurales du Cambodge, 48 % de la population bénéficie d’un accès élémentaire à l’assainissement, d’après le Rapport de suivi établi conjointement par l’OMS et l’UNICEF. L’objectif étant d’éliminer la défécation à l’air libre dans l’ensemble des 25 provinces d’ici 2025, le gouvernement entend démarrer sa campagne FDAL dans 5 provinces prioritaires et l’achever d’ici 2023.

Des membres de la délégation cambodgienne menée par son Excellence Meng Try, secrétaire d’État au ministère cambodgien du Développement rural (au milieu) sont accueillis par M. Bednath Sah, maire de la municipalité de Golbazar dans le district de Siraha. ©WSSCC/Renu Kshetry

La délégation cambodgienne était composée de représentants des instances gouvernementales nationales, provinciales, de district et de commune, notamment du ministère du Développement rural, des provinces de Prey Veng et Kampong Chhnang, du conseil des communes ainsi que de partenaires du développement comme SNV et WaterAid, ainsi que de Plan International, agence d’exécution du Programme d’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène en milieu rural au Cambodge (CRSHIP).

Ramakant Dawadi, co-secrétaire du ministère de l’Approvisionnement en eau et de la Santé publique et président du Comité de coordination pour l’assainissement (NHSCC), a présenté aux délégués la manière dont le Népal est parvenu à se libérer de la défécation à l’air libre en dépit de nombreux défis : tremblements de terre, pauvreté, élections locales et restructuration étatique.

Parmi les principaux facteurs contributifs identifiés, l’on peut citer l’engagement du gouvernement à faire de la campagne une priorité absolue, une allocation de ressources suffisante, une implication multipartite bien coordonnée, une campagne médiatique agressive et la responsabilisation de la communauté.

Comme le rappelle Mme Sudha Shrestha, responsable du Fonds mondial pour l’assainissement, le renforcement du sentiment d’appartenance locale et la mobilisation des acteurs locaux ont joué un rôle essentiel en fin de campagne dans la région du Teraï, où les entités gouvernementales, les organisations communautaires et les particuliers ont endossé les rôles d’acteurs de premier plan, de bénévoles et de champions de la cause.

D’après une étude réalisée par ONU-Habitat, le Népal doit encore relever quelques défis pour que l’élimination de la défécation à l’air libre soit effectivement durable, notamment en ce qui concerne les personnes sans terres, extrêmement pauvres et réticentes à cette idée. Il a été estimé que l’expérience du Cambodge dans la mise en place d’une procédure standard pour Ne négliger personne pourrait s’avérer bénéfique dans le contexte népalais.

Afin de mieux comprendre comment la campagne ODF népalaise était appliquée sur le terrain, la délégation a eu la possibilité de visiter un certain nombre de communautés dans le pays, outre le déplacement à Teraï.

Dans le village de Dhyangri, de la municipalité rurale de Kamal dans le district de Jhapa, ils ont découvert comment les municipalités rurales ont élaboré leurs politiques et stratégies sectorielles.

Dans la communauté des Dalits dans la municipalité rurale de Saptari, ils ont rencontré des membres du Comité de coordination WASH qui leur ont montré comment ils hiérarchisent les affectations budgétaires et la participation communautaire à l’échelle de la municipalité rurale pour parvenir à une élimination durable de la défécation à l’air libre et à un assainissement total.

La délégation a visité Tharu Basti, dans le district népalais de Siraha. Là, ils ont découvert le rôle essentiel joué par les micro-coopératives dans l’octroi de crédits à un taux d’intérêt de 1 % pour la construction de toilettes permanentes à double fosse.

Toujours à Siraha, le maire de la municipalité de Golbazar, M. Bed Nath Sah, a décrit le processus de planification, de suivi et d’examen du programme d’assainissement, et il a communiqué le plan d’action du Comité de coordination WASH aux visiteurs cambodgiens.

Tout au long de cette rencontre de cinq jours, les membres de la délégation cambodgienne ont fait part d’un certain nombre d’observations et de commentaires sur leur expérience népalaise. Ils ont relevé l’efficacité du gouvernement népalais à fournir un soutien matériel aux foyers les plus pauvres, tout en n’accordant aucune subvention à d’autres.

À travers leurs interactions avec les communautés, ils ont également découvert un certain nombre d’initiatives plutôt intéressantes comme le fait d’encourager les particuliers à faire un don de terrain et à proposer des matériaux à moindre coût pour la demande locale, la mise à disposition de fonds de contrepartie par les municipalités rurales pour aider les foyers pauvres, et l’octroi par les groupes d’épargne communautaire de prêts à faible taux d’intérêt pour construire des latrines.

Le Dr Sayteng Lon, chef du Service des soins de santé en milieu rural relevant du ministère cambodgien du Développement rural, a fait observer que si le Cambodge et le Népal disposent tous deux d’un réseau de Comités WASH similaires, notamment au niveau des provinces, des communes et des villages, ce dernier compte également de comités WASH à l’échelle du district, dont la mission est de concrétiser les plans et les politiques.

  1. Rotha Chin, directeur du Service provincial du développement rural (PDRD) pour la province cambodgienne de Kampong Chhnang, a expliqué que même avec deux plans WASH glissants (un plan quinquennal et un plan triennal), les gouvernements provinciaux doivent gérer l’allocation des budgets et harmoniser tous les plans WASH en fonction des plans WASH existants à l’échelle provinciale, en y intégrant toutes les parties prenantes à la concrétisation de l’objectif FDAL (libérer le pays de la défécation à l’air libre) dans un délai déterminé.

Au Népal, l’ensemble des municipalités, des municipalités rurales et des bureaux de quartier consacrent 30 % de leur budget au développement social, ce qui inclut le programme WASH. Le budget est alloué aux activités WASH en fonction de la demande et des besoins.

  1. Ty Ung, directeur adjoint du Service provincial pour le développement rural du Cambodge félicite les femmes pour leur initiative à Jilebia Tole, de la municipalité rurale d’Agnisair Krishnasabran dans le district de Saptari, à 290 km à l’est de Katmandou. ©WSSCC/Renu Kshetry

Le directeur adjoint du Service provincial pour le développement rural (PDRD) cambodgien, M. Ty Ung, a déclaré être très impressionné par la mobilisation des autorités locales et l’allocation des budgets aux activités WASH. Il a estimé que le rôle des communautés, en particulier celui des femmes, était digne d’éloges.

Le chef d’équipe du CRSHIP, M. Rafael Norberto Catalla, a précisé que si le Cambodge semblait plus lent dans sa démarche d’élimination de la défécation à l’air libre, les résultats obtenus par la méthode employée seront très probablement durables.

« Nous avons choisi d’établir un format standard pour toutes les toilettes. Nous avons réussi à convaincre les communautés de construire des toilettes permanentes à double fosse », explique-t-il.

Un système à double fosse permet de laisser le contenu d’une fosse pleine se composter tandis que les nouvelles déjections sont déroutées vers la seconde fosse. M. Catalla a expliqué que cette approche se révélera économique sur le long terme et permettra d’éliminer durablement la défécation à l’air libre. En revanche, il a déclaré que les communautés équipées de toilettes à fosse simple risquent d’abandonner complètement l’idée d’utiliser des toilettes si elles ne parviennent pas à résoudre le problème de la gestion des boues fécales, un problème inhérent aux toilettes à fosse simple.

Au cours de la visite, les délégués ont pu s’informer sur les politiques et stratégies sectorielles, les dispositifs institutionnels, le financement du secteur, la planification, le suivi et les contrôles, ainsi que le renforcement des capacités des différents acteurs impliqués dans la campagne d’assainissement.

Pour résumer les avantages offerts par cet échange de connaissances, Son Excellence M. Try a déclaré que son équipe avait pris conscience de la contribution importante que certains éléments de la stratégie népalaise pourraient apporter au projet cambodgien d’étendre l’élimination de la défécation à l’air libre aux 28 % restants des zones rurales du pays, notamment l’engagement politique, la mobilisation multipartite et le partenariat communautaire, ainsi qu’une planification judicieuse soutenue par des ressources financières et techniques adéquates.

Related News

By Raza Naqvi, DELHI, India – A robot called Pepe will soon encourage schoolchildren to wash their hands. The robot will help kids adopt better practices by talking about hygiene and sanitation and developers say they will be useful especially when pandemics like COVID-19 requires confinement and social distancing. Video courtesy: Ammachi Labs According to […]

GENEVA – Ms Hind Khatib-Othman, Executive Chair of the Water Supply and Sanitation Collaborative Council, is calling upon world leaders to commit to the establishment of a new global Fund to develop and implement the community-based sanitation and hygiene solutions, and prevent future pandemics. Transcript – Calling for a global fund dedicated to sanitation and […]

GENEVA – The Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC) is in full support of the action plan launched by the UN Secretary-General on Tuesday to address the socio-economic impacts of the COVID-19 crisis. In a new report, Shared responsibility, global solidarity: Responding to the socio-economic impacts of COVID-19, Mr Antonio Guterres, Secretary-General of the […]

GENEVA – In the wake of the Coronavirus disease, COVID-19, we are working to protect each other and our communities. Key to keeping healthy is having access to basic sanitation and hygiene. Yet globally, 2 billion people live without access to basic sanitation, 3 billion lack basic handwashing facilities at home (WHO). People in least […]