Asayire explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir.

Story

Asayire Kapira est assistant coordinateur national du WSSCC au Malawi et en est membre depuis 2013.

Ici, Asayire explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir.

Asayire 1 (1).jpg

En quelques mots, que faites-vous ?

Je travaille dans une organisation d’agrobusiness à former des jeunes souhaitant se lancer dans l’agriculture. En tant qu’assistant coordinateur national pour le WSSCC au Malawi, j’ai pour fonctions principales le réseautage et la coordination, notamment auprès de Sanitation and Water for All (SWA) et du Conseil des ministres africains de l’Eau (AMCOW).

Qu’est-ce qui vous motive à votre réveil le matin ?

La perspective de travailler en réseau et d’apprendre. Grâce aux formations en renforcement des capacités du WSSCC, je suis parvenu à améliorer mes compétences en établissement d’alliances et coordination à l’échelle nationale.

Lorsque vous jetterez un regard en arrière sur votre carrière, de quoi serez-vous le plus fier sur votre travail dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène ?

Quand je prendrai ma retraite, les réalisations personnelles dont je serai le plus fier sont, entre autres, le rôle de coordination que j’ai joué dans le Plan d’engagement national pour le Malawi, dans le projet de mécanismes de redevabilité mutuelle pour le Malawi et dans l’élaboration des rapports sectoriels relatifs à la consommation pour la région monde et la région Afrique. J’inclurai également les webinaires de SWA et de l’AMCOW où j’ai personnellement consolidé les exposés que le point de contact a présentés.

Plus généralement, je serai fier que la coordination à l’échelle nationale au Malawi ait été renforcée. Le WSSCC possède un pouvoir fédérateur permettant de rassembler différents secteurs à la même table afin de planifier et d’évaluer ensemble. Cela me réjouit.

 

Asayire Kapira.jpg

 

Quels ont été les trois plus grands impacts de la Covid-19 sur votre travail ?

La pandémie de Covid a amélioré l’adoption du lavage des mains par les communautés, tant rurales qu’urbaines, ce qui, dans des circonstances normales, avait constitué une gageure.

En outre, la crise nous a donné toute la latitude voulue pour nous rendre dans des environnements non traditionnels pour les spécialistes WASH, les prisons par exemple, afin de promouvoir l’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène. Nous avons par ailleurs pu sensibiliser davantage à l’importance de la gestion de l’hygiène menstruelle (GHM).

Quels sont les principaux avantages de l’adhésion au WSSCC ?

Pour moi, les principaux avantages sont le réseautage et l’apprentissage. Les formations et la documentation du WSSCC permettent un renforcement thématique des capacités. L’engagement auprès d’experts techniques grâce aux plateformes du WSSCC signifie que je peux me connecter à mes nombreux homologues technocrates et apprendre d’eux.

Par exemple, des collègues du Kenya m’ont ouvert les yeux sur les problèmes liés à la GHM et m’ont permis de voir en quoi la situation était très similaire au Malawi. Cet apprentissage nous a aidés à créer une dynamique autour de la GHM au Malawi.

De même, les réseaux et les canaux de communication du WSSCC nous donnent toute latitude pour partager les activités du Malawi avec le monde entier.

Donnez-nous un exemple révélateur du travail mené avec le WSSCC et d’autres membres du WSSCC dans votre pays

La Coordinatrice nationale du WSSCC a enrichi mes compétences en coordination tant dans les domaines politiques que techniques. Je l’ai accompagnée au cabinet du ministre ou même au bureau du Vice-Président afin de fournir des informations sur les moments phares tels que la Journée mondiale du lavage des mains, la Journée mondiale des toilettes et la Journée de l’hygiène menstruelle. Elle m’a aidée à apprendre à plaider et à maintenir les bonnes relations et la continuité afin que nous puissions faire avancer notre programme visant à ne laisser personne de côté.

Le lancement du Fonds pour l’assainissement et l’hygiène (SHF) est imminent. Dans les cinq prochaines années, quels effets positifs espérez-vous que le Fonds aura dans votre pays ?

Mon opinion est que le SHF doit coopérer davantage avec les acteurs autres que WASH comme les prisons et le secteur de l’éducation afin que WASH soit programmé dans leurs activités.

Si le Malawi est l’un des premiers bénéficiaires de subventions, nous pourrions tirer parti des gains réalisés par le WSSCC et le Fonds mondial pour l’assainissement.

Le WSSCC est considéré comme ayant déclenché le mouvement visant à mettre fin à la défécation à l’air libre au Malawi par l’approche de l’assainissement total piloté par la communauté. Le SHF pourrait faire plus pour intégrer la GHM dans l’assainissement total piloté par la communauté afin de rompre le silence autour de la menstruation au niveau communautaire.