Dr Ando Rakotoharinivo, chef du service médico-social rattaché au ministère de la santé.

Story

Dr Ando Rakotoharinivo est chef du service médico-social rattaché au ministère de la santé. Elle est membre du WSSCC depuis 5 ans.

Ici, Ando explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir.

Dr Ando Rakotoharinivo

En quelques mots, que faites-vous ?

En tant que chef du service médico-social rattaché au ministère de la santé, je suis basée dans la capitale et me déplace régulièrement dans les autres régions de Madagascar afin de promouvoir la santé en milieu scolaire et en milieu professionnel.

Qu’est-ce qui vous motive à votre réveil le matin ?

Enfant, j’étais souvent malade et j’ai souffert de l’éloignement des centres de santé, ainsi je me suis dit, je vais être médecin pour ma famille et pour les autres. J’ai évolué très tôt dans le milieu scolaire car mes parents étaient enseignants. C’est pourquoi aujourd’hui, je concentre mon action sur l’information et la prévention à l’école. Les enfants sont de formidables relais d’information auprès des familles.

Quels sont les trois principaux avantages de l’adhésion au WSSCC ?

Être membre du WSSCC m’a ouvert beaucoup de portes et a donné plus de visibilité à nos actions. Cela m’a motivé pour poursuivre mes études en me spécialisant dans la santé publique plutôt que de rester médecin généraliste.

A l’occasion de son départ en retraite, un confrère médecin m’a proposé de lui succéder pour coordonner le programme d’assainissement pour le Fonds mondial pour l'assainissement (GSF) au Madagascar en partenariat avec le WSSCC. Je représente à ce titre, le ministère de l’éducation national malgache.

chef du village

Quand vous prendrez votre retraite, de quoi serez-vous le plus fier dans le travail que vous aurez accompli dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène ?

Bien sûr, le souvenir de ma première mission est cher à mon cœur, j’étais coordinatrice de la première campagne de déparasitage auprès des enfants entre 5 et 15 ans, couvrant le territoire de 5 régions.

Je suis fière d’avoir collaborer à la réactualisation du guide eau, assainissement et hygiène (EAH) distribué dans les établissements scolaires à Madagascar.

Également, l’élaboration de documents utilisés dans l’éducation sur les sujets de la nutrition et l’alimentation ou encore la visite médicale scolaire et carnet de santé de l’élève, tous intégrant la prévention sanitaire EAH à travers des messages destinés aux parents. Je m’efforce d’intégrer le secteur EAH dans chacune de mes missions.

 Quels ont été les plus grands impacts de la Covid-19 sur votre travail ?

Le confinement et la fermeture des écoles décidés en mars 2020 à Madagascar a de facto freiné notre action de prévention. En collaboration avec le ministère de la Santé, nous avons réfléchi sur les moyens d’application des gestes barrière en milieu scolaire et la réouverture des établissements en toute sécurité. Dans un premier temps, seules les classes d’examen étaient admises entre avril et juillet 2020. Puis la rentrée scolaire s’est effectuée pour tous en octobre 2020.

Nous avons travaillé de façon multisectorielle avec le gouvernement produisant des affiches et dépliants avec les protocoles d’hygiène et avons abondamment utilisés les médias et réseaux sociaux pour relayer le message de prévention.

Donnez-nous vos meilleurs moments comme membre du WSSCC et/ou avec le Coordinateur National WSSCC de votre pays ?

Deux grands moments me viennent à l’esprit :

  • Le déclenchement institutionnel contre la défécation à l’air libre, lancé lors du championnat national de sport scolaire. Le WSSCC était présent pour expliquer l’importance de l’usage des latrines et du lavage des mains et nous aider à fédérer cette action multi sectorielle.
  • La réactualisation du guide « l’école amie d’EAH »

 Le Fonds pour l’assainissement et l’hygiène (SHF) a été lancé. Dans les cinq prochaines années, quels effets positifs espérez-vous que le Fonds ait dans votre pays ?

Madagascar est l’un des pays retenus pour le lancement des projets SHF en 2021. Nous travaillons activement à un projet de développement sur l’hygiène et la santé menstruelle des adolescentes en milieu scolaire.

WASH ecole