Razaki Sabi Zingui (le Président du Réseau Béninois du Parlement Mondial de la Jeunesse pour l'Eau

Story

A 29 ans, Razaki Sabi Zingui est le Président du Réseau Béninois du Parlement Mondial de la Jeunesse pour l'Eau (RBPMJE). Il est membre du WSSCC depuis 1 an.

Ici, Razaki explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir.

 

Razaki WSSCC member

En quelques mots, que faites-vous ?

Dans mon organisation, je mobilise la jeunesse autour des thématiques liées à l'eau, l'hygiène et l’assainissement. Grâce à mes acquis obtenus sur le terrain, je forme d’autres jeunes afin qu’ils puissent s’insérer davantage dans le secteur WASH dans l’optique d’accompagner les communautés les plus démunies.

Actuellement je suis chargé d’un projet pilote en Assainissement Total Piloté par la Communauté et le sanimarketing mis en œuvre par Helvetas Swiss inter coopération Bénin à travers le programme Omidelta qui est géré par la SNV.

Je suis aussi double bénéficiaire du Fonds d’innovation de l’initiative Germano-Africaine pour la Jeunesse en 2020, un dispositif mis en place par l’Union Africaine, financé par la GIZ et coordonné par GFA Group Consulting, et je suis membre de la deuxième édition des anciens du programme de l’initiative Germano-Africaine pour la Jeunesse.

Qu’est-ce qui vous motive à votre réveil le matin ?

La passion pour le secteur eau, assainissement et hygiène (EAH) me motive davantage car ce secteur a besoin d'énormes soutiens pour espérer le changement de comportement au niveau des populations. J’ai eu la chance de faire mes études dans la capitale et durant cette période, d’avoir participé à des ateliers d’information et de prévention sur l’hygiène et l’assainissement. Cela m’a ouvert les yeux sur les conditions de vie au Nord Bénin et après mes études, je suis reparti dans ma région pour agir à l’amélioration des conditions sanitaires. Nous sommes tout un groupe de jeunes diplômés, âgés de 22 à 29 ans qui aidons les communautés défavorisées.

Razaki WSSCC member

Quels sont les trois principaux avantages de l’adhésion au WSSCC ?

Être membre WSSCC me permet de mieux maîtriser le secteur EAH au Bénin, de participer aux activités d’échange dans le secteur EAH au niveau national et de sensibiliser les jeunes. 

Quand vous prendrez votre retraite, de quoi serez-vous le plus fier dans le travail que vous aurez accompli dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène ?

Je serai fier d’avoir amené les populations vers la fin de la défécation à l’air libre.

Quels ont été les plus grands impacts de la Covid-19 sur votre travail ?

Paradoxalement, la crise de la Covid-19 a été bénéfique au secteur sanitaire, elle a eu l’effet d’un catalyseur. Grâce à une large diffusion de l’information, cela a permis aux populations de pratiquer régulièrement le lavage des mains à l’eau et au savon et d’accélérer la mise en place de latrines et de points d’eau avec savon.

Donnez-nous un exemple révélateur du travail mené avec le WSSCC et d’autres membres du WSSCC dans votre pays

Avec le coordonnateur National du Bénin, nous avons plusieurs fois échangé sur l’impact et la place que la jeunesse doit avoir dans le secteur EAH. Grâce à ses encouragements et son soutien moral, nous sommes restés convaincus que nous n’avons pas mal choisi notre secteur d’activités.

Le Fonds pour l’assainissement et l’hygiène (SHF) a été lancé. Dans les cinq prochaines années, quels effets positifs espérez-vous que le Fonds ait dans votre pays ?

Je souhaiterais que le fonds offre la possibilité aux jeunes béninois de soumettre des projets pour l’amélioration du secteur EAH au Bénin. Que ce fonds fasse confiance à la jeunesse en mettant les jeunes au cœur du développement durable.