Upendo explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir.

Story

Upendo Judica Kimaro est une ingénieure pour le programme WASH originaire de Tanzanie. Elle est membre du WSSCC depuis un peu moins de deux ans.

Ici, Upendo explique au WSSCC ses motivations, ses accomplissements et ses espoirs pour l’avenir. 

Upendo profile

En quelques mots, que faites-vous ?

Je travaille pour une ONG appelée Sanitation and Water Action (SAWA) en qualité d’ingénieure pour le programme WASH. Ma principale fonction consiste à assurer le soutien technique et à superviser tous les projets WASH qui sont mis en œuvre par SAWA. Je suis également assistante coordinatrice nationale du WSSCC pour la Tanzanie.

Qu’est-ce qui vous motive à votre réveil le matin ?

J’ai pour ambition de servir les besoins de la communauté, en particulier les groupes vulnérables tels que les personnes handicapées, les femmes, ainsi que les enfants et les adolescentes scolarisés. J’aime plus que tout voir les personnes en bonne santé. Dans les écoles par exemple, l’amélioration des installations WASH a contribué à une hausse des résultats académiques, à une diminution des maladies comme la diarrhée et à une baisse de l’absentéisme, en particulier des adolescentes.

Upendo Juidca Kimaro work

 

Quand vous prendrez votre retraite, de quoi serez-vous la plus fière dans votre travail dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène ?

Je serai surtout fière d’avoir travaillé parmi les jeunes femmes ingénieures qui ont contribué directement à la vie de la communauté en relevant les défis liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. De nombreuses femmes ont peur de faire des études d’ingénierie. Quand j’ai fait mes études, il n’y avait que 6 filles sur une classe de 76 étudiants. À présent, nous pouvons compter sur le Tanzania Women Engineers Chapter (Chapitre des femmes ingénieures de Tanzanie), grâce auquel nous avons commencé à donner envie aux étudiantes de faire des études d’ingénierie.  

Je serai également fière d’avoir favorisé l’amélioration de l’hygiène pour les adolescentes et les élèves handicapés grâce à la fourniture de toilettes et d’installations de lavage bien conçues dans plus de 30 écoles publiques.

Par ailleurs, j’ai facilité la rédaction de manuels d’hygiène portant sur le lavage des mains, la gestion de l’hygiène menstruelle (GHM) et l’éducation à l’hygiène en Braille. Nous avons dû remettre en cause des attitudes comme celle consistant à considérer la menstruation comme quelque chose à garder secret. Nous avons lutté contre ces tabous en intervenant dans des forums, des ateliers, des formations et dans les médias nationaux, et en incitant les hommes à devenir champions de la GHM. 

Upendo Judica Kimaro work

 

Quels ont été les plus grands impacts de la Covid-19 sur votre travail ?

La Covid-19 a amélioré le comportement des personnes envers l’hygiène en ce qui concerne le lavage des mains. Dans mon pays, les gens se lavent désormais les mains sans y être incités.

Grâce au WSSCC, nous sommes parvenus à sensibiliser à la protection contre la Covid et avons fourni des masques et des installations de lavage des mains aux groupes vulnérables de Dar es-Salaam. Mon organisation a également mis en œuvre WASH dans des projets d’urgence à Songwe et Mbeya dans sept centres d’isolement pour la Covid-19. Grâce à un financement de l’UNICEF, cela a ouvert la porte à une extension de ces services à sept établissements de santé et à un certain nombre d’écoles.

Quels sont les trois principaux avantages de l’adhésion au WSSCC ?

  1. Le réseautage
  2. Le partage de connaissances
  3. Le leadership

Donnez-nous un exemple révélateur du travail mené avec le WSSCC et d’autres membres du WSSCC dans votre pays

J’ai développé une plateforme sur WhatsApp à l’intention des membres du WSSCC en Tanzanie. Elle compte pour le moment 55 membres, soit une diversité de professionnels engagés qui sont ouverts au partage de connaissances et aux expériences du terrain. Pendant l’épidémie de Covid-19, je me suis servie de la plateforme pour consulter certains membres lors de l’offre de dons du WSSCC à la communauté.

La coordinatrice nationale du WSSCC est ma responsable et mon mentor. Elle a renforcé mes capacités et, de concert, nous mettons en œuvre des activités provenant du plan d’engagement national. Nous avons également appuyé conjointement un projet en matière d’assainissement et d’hygiène mené par Plan International.   

Le lancement du Fonds pour l’assainissement et l’hygiène (SHF) est imminent. Dans les cinq prochaines années, quels effets positifs espérez-vous que le Fonds aura dans votre pays ?​​​​​​​

Je le vois comme l’occasion d’étendre les services WASH aux groupes vulnérables de mon pays.  Sous l’égide du WSSCC, les subventions n’ont été utilisées que dans la région de Dodoma. J’espère que le SHF sera étendu à plus de régions, voire toutes, et que cela incitera les membres existants du WSSCC à appuyer les interventions.