Covid-19 : Au Bénin, la communauté de Téprédjéssi (Djougou) prend en main son destin

News

Par Alain Tossounon

DJOUGOU, Benin - En réponse au Covid-19, l’agence de mise en œuvre (DEDRAS ONG) du Programme d’Amélioration des Pratiques d’Hygiène et d’Assainissement en milieu Rural (PAPHyR), un programme financé par WSSCC, a entrepris des actions dans sa zone d’intervention.

Avec 26 cas et 1 décès enregistrés, le Bénin est entré, depuis une semaine, dans le cercle des pays où sévit la pandémie. Si les populations urbaines sont informées à travers la télévision, les radios et les réseaux sociaux, les communautés des villages et localités reculées ne sont souvent pas suffisamment informées.

Intervenant dans ces zones, les agences de mise en œuvre ont, à travers leurs groupes de facilitateurs, décidé d’aller aider ces communautés laissées-pour-compte.

Dans le village de Téprédjéssi situé à 41 km de l’arrondissement central de la commune de Copargo, la communauté n’avait pas encore suffisamment pris conscience de la gravité du danger que constitue le Covid-19.

L’approche utilisée a été celle de l’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) qui consiste à faire le déclenchement. Avec comme message central « manger le Covid-19 », au lieu de leur slogan habituel « manger le caca », la communauté a été amenée à identifier les actions à entreprendre pour prévenir le mal.

L’une des actions phares retenue est la fabrication et la mise en place de dispositifs de lavage des mains réalisés avec des matériaux locaux. Très faciles à construire, la communauté s’est aussitôt décidée à réaliser ces dispositifs de tipy-tap en plus de ceux qui existaient déjà dans le village au niveau des latrines, fruit du déclenchement ayant conduit au statut de Fin de la Défécation à l'Air Libre (FDAL).

Depuis la réalisation de ces dispositifs, tous les villageois, du plus petit au plus grand, se lavent les mains. « J’ai réuni tous les membres de ma famille pour les sensibiliser sur l’importance du lavage des mains à l’eau et au savon afin de faire face à ce virus », témoigne M. EDJALAWE, un sage leader communautaire. « Nous ne voulons pas nous laisser faire dans notre village. Nous luttons avec nos moyens contre cette maladie », nous assure-t-il.

« Depuis le passage des facilitateurs dans notre village, tout le monde a pris conscience - à commencer par les femmes- du danger que nous courons si nous ne respectons pas le lavage des mains à l’eau et au savon », nous confie une femme du village, Mme DORKAS.

Pour elle, c’est désormais une question de vie ou de mort. Il faut sauver tous les habitants du village. « Je parle de plus en plus avec les autres personnes du village, femmes comme hommes », ajoute cette femme leader très engagée.

Désormais, dans chaque ménage, il existe deux dispositifs de lave-mains, un dispositif à l’entrée ou dans la cour de la maison et un autre au niveau des latrines. Ici, à Téprédjessi, avec des moyens simples et efficaces, loin de la capitale où d’importants moyens sont déployés, la communauté ne reste pas en marge de la lutte grâce à l’appui du PAPHyR et du WSSCC.

Le Programme entend renforcer son action dans les prochains jours dans sa zone d’intervention aux côtés des populations rurales. Une note stratégique comportant des actions ciblées contre le Covid-19 a été envoyée au siège pour validation.

Au fil des années, le WSSCC a construit des relations solides et de confiance avec les gouvernements et les acteurs locaux au Benin, ce qui a permis de rapidement comprendre les besoins des communautés rurales pour faire face à la pandémie. Ainsi, le WSSCC a pu prendre des mesures précoces, répondant à ces besoins et fournir des conseils de reprogrammation à ses partenaires. L’expertise technique de WSSCC dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène ainsi que sa compréhension des leçons apprises et meilleures pratiques à travers le monde permettent à l’organisation d’agir rapidement et de façon ciblée sans pour autant perdre en qualité.