Les acteurs de l'assainissement et de l'hygiène au Bénin plaident pour un financement local durable

Story
By
Alain Tossounon

COTONOU, Bénin – L’Association nationale des communes du Bénin (ANCB) a engagé un plaidoyer auprès des ministères sectoriels concernés afin d’accroître les ressources affectées à l’hygiène et à l’assainissement de base avec le soutien du Conseil de Concertation pour l’Approvisionnent en Eau et l’Assainissement (WSSCC) et d'autres partenaires.

Le Directeur du plaidoyer de l'ANCB, Stanislas Hounkanrin au cours de sa présentation

Le Directeur du plaidoyer de l'ANCB, Stanislas Hounkanrin au cours de sa présentation

Au cours d’un déjeuner de travail qui a réuni les représentants des ministères en charge de la santé et du cadre de vie, la Commission nationale des finances locales (CONAFIL), l’association faîtière des communes, a lancé un appel au gouvernement pour qu’il renfloue le Fonds d’appui au développement des communes (FADeC) en vue du financement local de l’assainissement.

L’objectif de ce déjeuner de travail, organisé le 26 juin 2020 au Bénin Royal Hôtel, a été d’engager un plaidoyer en faveur des communes auprès des trois ministères assumant des responsabilités en matière d’hygiène et l’assainissement de base (HAB) et aussi auprès de la Commission nationale des finances locales (CONAFIL) pour que le Fonds d’appui au développement des communes (FADeC Assainissement) soit davantage approvisionné et que la lettre de cadrage relative aux dépenses liées à l’HAB soit élargie pour les 77 communes du pays.

Cette rencontre, qui a réuni diverses parties prenantes, entre autres les ministères compétents, le Bureau d’analyse et d’investigation (BAI) et l’Unité présidentielle de suivi (UPS), ainsi que les membres de la CONAFIL, a été également l’occasion d’aborder les difficultés des communes en matière de dépenses liées à l’hygiène et l’assainissement de base.

photo

Les représentants des ministères sectoriels en charge de l'assainissement

Les acteurs réunis ont analysé les préoccupations des organismes mettant en œuvre la Stratégie nationale de promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base (SNPHAB), concernant notamment la durabilité des acquis de l’approche de l’Assainissement total piloté par les communautés (ATPC), mise en œuvre dans cinq départements du Bénin grâce au Programme d’amélioration de l’accès aux pratiques d’hygiène et d’assainissement en milieu rural (PAPHyR) sous la responsabilité des communes.

pic

Les membres du Secretariat permanent de l'ANCB avec au fonds au milieu la COP PAPHyR, Mme Yadjidé Gbèdo

Au cours de ce face-à-face entre acteurs étatiques et non-étatiques, le Coordinateur national du WSSCC, M. Félix Adegnika, a présenté l’organisme et a mis l’accent sur ses objectifs, notamment sur son combat pour la réalisation de l’ODD 6.2 au Bénin.

Lors de son intervention, il a souligné que, si des acquis ont été enregistrés dans la mise en œuvre des programmes ATPC menés avec l’appui des partenaires, « ces acquis restent essentiellement fragiles et risquent de s’effondrer avec la fin des projets et programmes si une dynamique de consolidation locale n’est pas créée et pérennisée ».

Pour ce représentant, il est important que les autorités locales s’engagent et travaillent au soutien des localités ayant mis fin à la défécation à l’air libre (FDAL) et aussi au renforcement de la durabilité des acquis.

L’appel du Coordinateur du WSSCC a été suivi de celui des représentants des différents programmes développés dans le sous-secteur de l’hygiène et de l’assainissement (PAPHyR, UNICEF, OMIDELTA, USAID). Tour à tour, ils ont insisté sur la nécessité d’un financement durable de l’hygiène et de l’assainissement de base par les communes pour consolider les acquis.

En réponse, le président de l’ANCB et maire de la plus grande ville du Bénin, M. Luc Atrokpo, s’est félicité du soutien du WSSCC dans l’organisation de ce cadre d’échanges sur le financement durable et la prise en mains de l’hygiène et de l’assainissement de base par les communes, à l’orée de la quatrième mandature des élus locaux au Bénin. Dans le combat contre la défécation à l’air libre, il s’est réjoui des efforts des communes et de l’appui des partenaires techniques et financiers.

« Nous sommes tous contents à chaque fois qu’une localité déclare qu’elle a mis fin à la défécation à l’air libre », a-t-il affirmé, avant d’ajouter qu’« amener une communauté à atteindre ce statut et le maintenir en milieu rural a des coûts ». Aujourd’hui, regrette-il, « ces coûts ne sont pas encore pris en compte par le Fonds d’appui au développement des communes (FADeC) qui permet aux collectivités locales de disposer de ressources pour financer diverses actions liées à l’hygiène et à l’assainissement de base ».

En effet, dans le cadre du mécanisme FADeC, la ligne budgétaire dédiée à l’assainissement dénommée « FADeC cadre de vie » — lettre de cadrage budgétaire — ne prend pas en compte les dépenses liées aux activités d’hygiène et d’assainissement de base. Celles autorisées ne portent que sur la réalisation de travaux d’assainissement pluvial. Les lettres de cadrage pour le FADeC Eau et Santé ne prennent pas non plus en compte le financement local de l’hygiène et de l’assainissement de base.

Le président de l'ANCB au milieu en bleu entouré de partenaires soutenant le sous-secteur Hygiène et Assainissement de base

Le président de l'ANCB au milieu en bleu entouré de partenaires soutenant le sous-secteur Hygiène et Assainissement de base

Ainsi, avec le soutien des acteurs non-étatiques, les communes ont lancé un appel aux trois ministères sectoriels assumant des responsabilités en matière d’assainissement, à savoir le ministère de la Santé, le ministère de l’Eau et des Mines et le ministère du Cadre de vie et du Développement durable.

Les représentants de ces ministères ont reconnu la pertinence du plaidoyer de l’ANCB et du WSSCC avant de prendre l’engagement d’en rendre compte à chacun des ministres en vue de faciliter aux communes l’accessibilité aux ressources du FADeC et le financement conséquent et durable de leurs actions d’hygiène et d’assainissement de base.